Après presque deux semaines de mobilisation, les paysans ont momentanément suspendu leurs actions pour s'occuper de leurs exploitations, mais la "révolte paysanne" est loin d'être finie, a indiqué Uniterre lundi. Le syndicat promet des "actions plus piquantes".

Durant la journée de ce mercredi 30 septembre, la rédaction de la RSR se mobilise pour vous proposer éclairages, reportages, analyses, interviews et commentaires pour mieux comprendre les tensions qui animent le monde agricole.

Une journée où votre participation est vivement souhaitée au travers de ce forum de discussion.

Selon vous, faut-il poursuivre le processus d'ouverture des marchés et laisser faire la concurrence ? La survie de l'agriculture passe-t-elle aussi par la qualité et des produits apportant une plus value: le bio, les produits du terroir, les marchés de niche ?

L'émission Forum, sur La 1ère, ouvrira le débat dès 18 heures, en direct de la ferme de Marc Jaquet, paysan producteur de lait à Meinier, près de Genève. Vos contributions et idées serviront de base au débat.

À vous de jouer...

Consultez notre dossier spécial "La révolte paysanne".
(38.89% d'intérêt)

Que faire de plus?

On a rénové comme demandé, on s'est associé pour réduire les frais de production, on a diversifié les productions, on travaille plus de 70 heures par semaine. Depuis qu'on a repris le domaine, tous les prix pour nos produits ont baissé, on est pris à la gorge et même avec le revenu accessoire de l'épouse, il nous est impossible de payer les études de notre fils et les impôts. On est à bout, d'autant plus que les consommateurs seraient de payer plus pour s'assurer un approvisionnement de bonne qualité... J'ai été frappé par le mépris des journalistes que j'ai entendu ce matin...c'est facile quand on a un revenu correct qui ne diminue pas chaque année de manière significative!

(-30% d'intérêt)

THEME DE CE SOIR - QUESTIONS RAREMENT ABORDEES

Madame, Monsieur, Le temps des amalgames est venu pour moi; car à force d'entendre toujours les mêmes arguments pas souvent ne sont évoqués ces sujets :quel est le prix de revient d'un litre de lait , quels frais sont additionnés ? le paysan est propriétaire de son logement - si la zone est à construire bingo il empoche 1 belle somme - choix raisonnable de véhicules - machines à profusion pour 1 seul domaine - taux d'emprunt à % faible - pourquoi pousser les vaches à produire autant avec des vitamines alors que de en de personne est allergique aux produits laitiers - à l'époque du prix "haut" du lait le paysan ne s'en sortait de toute façon pas - selon le Nouvelliste de vendredi dernier, ...

Voir tous les commentaires (2)
(-25% d'intérêt)

Enormément de sympathie, mais…

J'ai énormément de sympathie, depuis une bonne trentaine d'années, pour les actions d'Uniterre (alors UPS), pour le combat de Fernand Cuche et de ses camarades. Sur le fond, ils ont raison. Malheureusement, cette crise du lait n'est que la Nième crise du marché agricole. Il y a eu les porcs, à plusieurs reprises, il y a eu le b%u0153uf, à plusieurs reprises également. Et maintenant, c'est le lait. Mais cette crise est loin d'être nouvelle et sa cause est éternelle: la surproduction. Ou plutôt l'inadéquation de la production aux besoins du marché. Ce n'est pas tout à fait la même chose. La paysannerie a disposé de quatre ans pour préparer l'abandon du contingentement laitier. Durant cette période, elle s'est montrée parfaitement incapable de faire preuve de solidarité interne et de mettre en ...

(50% d'intérêt)

malaise agricole

voici plusieurs remarques 1 nous sommes la seule profession, ou nous avons l'interdiction de faire des profits car nous perdons nos payements direct, nous devons rester les mendiants de la société. 2 nous sommes la seule profession ou nous ne pouvons pas valoriser nos heures supplémentaires 3 nos autorités sont en train de nous préparer une catastrophe écologique, à force de nous décourager

(50% d'intérêt)

Echanges commerciaux aveugles

Le prix des céréales au producteur vient de subir une baisse de près de 20% bien que la production nationale 2009 n'ait pas couvert les besoins (433'000 t. pour 450'000). Les taxes d'importation ont été réduites pour faciliter l'entrée de céréales étrangères encore meilleur marché dont la seule valeur est de permettre l'exportation de biens de luxe et c'est l'agriculteur qui paie.

(50% d'intérêt)

Ilôt de chèreté, pour qui ?

Au nom de la lutte contre l'ilôt de chèreté, on fait croire aux consommateurs que les denrées alimentaires doivent baisser :le suisse alloue env. 8% de son budget pour manger. La dernière baisse du prix du pain de 20 ct/kg lui fera économiser CHF 10.- par an alors que les producteurs y laissent 15% de leur revenu (lait, céréales). Pour qui la vie sera plus chère ?

(50% d'intérêt)

Révolte…. du positif ?

Bonjour, notre colère et révolte est bien réelle et justifiée...comment accepter une diminution de notre revenu par une baisse imposée du prix de prise en charge de nos productions.... alors que toutes les intervenants et intrants nécessaires au fonctionnement de notre entreprise augmentent leur tarifs (aliments, électricité, vétérinaires, etc.) sans parler de l'assurance maladie qui grève tous les budgets familiaux. Mais une crise, aussi grave soit-elle, a certainement du positif à en retirer..... les paysans se rendent compte que sans solidarité et respect cela ne va pas avancer.... qu'il faut à tout prix que la gestion des quantités produites soient en main agricole et uniquement agricole..... Et puis pourquoi pas créer ou recréer de petites entités de transformation de lait de proximité, à l'image des petits magasins que l'on annonçait ...

Voir tous les commentaires (1)
(50% d'intérêt)

du lait aux marches ??

Depuis quelques annees, j'achete mes produits frais au marché, je supporte les producteurs de lait et me demande pourquoi ne feraient-ils pas une vente directe aux marches (vente directe)??

(Aucun vote pour l'instant)

Les yaourts fabriqués à l étranger

Bonjour, Une personne responsable chez un grand distributeur a attiré mon attention sur les yaourts à manger et à boire, et autres fabrications à base de lait. Selon cette personne, il faut regarder où sont fabriqués ces produits dont on fait la pub. Certains sont fabriqués en Tchéquie, avec du lait tchèque et vendus dans les autres pays. Ne pourrait-on pas attirer l attention des consommateurs afin de boycotter ces produits ? Achetons suisse, que diable ! Cela pourrait aider nos paysans.

(50% d'intérêt)

Soutenir les paysans aujourd’hui pour avoir accès à leur lait demain

En buvant notre chocolat du matin, ne devons-nous pas tous nous questionner sur le lait de demain, si 6 à 7 exploitations agricoles disparaîssent chaque jour ? Achetons aujourd'hui notre lait directement au producteur pour l'encourager à continuer son travail si précieux.

(50% d'intérêt)

les problèmes sociaux de l’agriculture

Bonjour, L'agriculture n' est par nature pas orientée socialiste,mais c'est bien du point de vue social que je vais vous faire part de mon désarroi. L'orsque l'on a une famille, en l'occurrence 3 enfants (10,9,6ans) il n'est pas du tout facile de concilier vie familiale et vie professionnelle, en particulier avec du bétail. On peut être sur que chaque fois que l' on veut partir avec sa famille, il y a une vache malade ou qui doit vêler, ou alors il y a des foins à faire. Les enfants sont obligés de s'accommoder à cette situation car confrontés depuis tout petits, mais si la femme n'est pas vraiment attachée à son mari et à l'exploitation, très vite des problèmes peuvent surgir.

(50% d'intérêt)

Plus de contingent, mais des contrats, des vrais…

L'agriculture est le seul domaine à connaître des droits de production.... La solution aux problèmes de suproduction et de chutes des prix passe inévitablement par la conclusion de contrat définissant les quantités et le prix des marchandises. Quelle entreprise ose lancer une production sans connaître à l'avance le prix qu'elle touchera pour son produit?