Secoué par l'affaire Hainard, empêtré dans des finances catastrophiques, solitaire sur le chemin d'un canton unique de l'Arc jurassien, quitté par des centaines de contribuables, le canton de Neuchâtel semble en mauvaise posture. La RSR organise une journée spéciale, le mardi 6 juillet pour décrypter les enjeux et regarder vers l'avenir.
(16.67% d'intérêt)

Reformes structurelles

A Neuchâtel, la crise s'empêtre actuellement dans des clivages politiques on ne peut plus malsains. Le jeu politique est articulé autour d'un mécanisme de compensation qui nuit à toute réforme constructive. Ainsi, un projet comme la réforme de la fiscalité des entreprises (indispensable à l'attractivité du canton) est vu comme un cadeau aux entreprises et la gauche exige donc des compensations, sous la forme de cotisations pour des structures d'accueil de la petite enfance. Si les places en crèche sont indispensables, le nouveau projet de loi laisse à désirer, la faute à une conseillère d'Etat (pour ne pas la nommer) qui fait fi des procédures consultatives. Au final, les deux bords politiques se cannibalisent au détriment du développement du canton. Un phénomène renforcé par des doubles casquettes fréquentes. Exemple: un ...

Voir tous les commentaires (1)
(50% d'intérêt)

Gestion opportune des deniers publics?

Il est surprenant de constater, à la publication des comptes 2009 des différents cantons romands, que Neuchâtel soit le seul canton déficitaire, sans avoir à supporter de charges exceptionnelles telles un hôpital universitaire ou une école polytechnique fédérale. Ceci tout en bénéficiant de la péréquation financière fédérale et d'une fiscalité dont il n'est pas nécessaire de rappeler ici la disproportion par rapport à ces mêmes cantons qui dégagent des résultats positifs. Ne doit-on pas en conclure que les deniers publics font l'objet d'une mauvaise gestion? Que l'Etat se devrait de faire sa propre autocritique en matière de structures, d'efficacité des institutions, et pourquoi pas de prendre exemple sur ce qui fait le succès des autres administrations? Citoyen de ce canton disposant d'un revenu moyen, je m'apprête à le quitter pour ...

Voir tous les commentaires (7)
(0% d'intérêt)

test RSR

hello

Voir tous les commentaires (2)
(0% d'intérêt)

Les rats ont déjà quitté le navire…

S´il y a une défection qui fait mal, peut-être une des premières, c´est bien celle de René Felber, ancien conseiller fédéral et ancien habitant de la commune de St-Aubin-Sauges. Notre citoyen vit maintenant sous d´autres cieux valaisans. Petite note humoristique: La commune de St-Aubin-Sauges, bonne gestionnaire des deniers publiques et reconnaissante, lui a dressé une statue, elle est bien visible à la rue du Port.

(16.67% d'intérêt)

Une question à un responsable du PLR

Lu à la page 7 de l'Express du samedi 26 juin 2010, un article où il est question de M. Bernasconi et qui fini ainsi: "Il se dit étonné que le PLR fasse une intervention "contre ceux-là même qui les font vivre". Étonné, et en colère: "JE LEUR DONNE DES DIXAINES DE MILLIERS DE FRANCS POUR LEURS CAMPAGNES ET VOILÀ COMMENT ILS ME REMERCIENT ! Je suis furieux." C'est donc vrai ce que l'on entend au café du commerce : "Copinage à tous les étages" ?! Autre remarque : J'écris ce message en entendant M. Studer dans "Le journal du matin"  ; il dit TOUJOURS "ce", "le", "du" et JAMAIS "mon" ou "notre" canton. Ceci explique peut-être cela, et ça m'attriste...

(16.67% d'intérêt)

Pas si mal…

Je suis installé dansle Val-de-Ruz avec ma famille depuis quelques mois. Ce n'est pas si mal. C'est vrai que les impôts sont élevés, mais la qualité de vie vaut le sacrifice financier. Il y a de belles choses à faire par ici!

Voir tous les commentaires (2)
(25% d'intérêt)

Héritage?

Il est trop tard... les responsables sont déjà partis! L'actuelle classe politique a en effet hérité des mauvaises décisions et de la paresse des conseils d'Etat précédents...